fbpx

Le Maroc demi-finaliste à la World Cup Enactus 2020

Représenté par l’équipe Enactus École Mohammadia d’Ingénieurs, le Maroc a été demi-finaliste lors de la World Cup Enactus qui s’est tenue en ligne, du 8 au 11 Septembre. 
Ce sont environ 6000 personnes qui ont pris part aux 34 sessions de cette première édition virtuelle de la World Cup. Un « village international » qui a connu la participation de 87 intervenants des quatre coins du Monde.
Durant le premier tour de compétition, le Maroc a été classé en tête de ligue aux côtés des États-Unis, l’Italie et l’Allemagne, pour se qualifier au tour demi-final avec l’Afrique du Sud, l’Inde et le Nigeria.
Quatre pays ont décroché leurs tickets à la grande finale : l’Égypte, le Brésil, l’Inde et le Canada. Au final, c’est l’Égypte qui a remporté le titre de champion mondial pour la deuxième année consécutive.
Ce sont plus d’une centaine de projets représentants les 32 pays qui sont entrés en compétition. Une sélection de projets à fort impact et engagés à apporter des solutions à plusieurs secteurs. Le Maroc y avait participé avec deux projets écoresponsables et énergétiques :

Freedge

Un système de réfrigération économique, écoresponsable et durable. Inspirés de la jarre traditionnelle « Al Khabya », et avec une touche d’ingénierie et de modernisation, il s’agit d’un système réfrigératif qui n’a besoin que de l’eau et du soleil pour fonctionner. La technicité du projet réside en l’utilisation d’un principe naturel et efficace : le refroidissement évaporatif. En effet, l’eau injectée dans le réservoir fait mouiller un tissu spécial qui est en contact direct avec la chambre interne du réfrigérateur. Quand la température augmente, l’eau commence à s’évaporer et donc retire avec elle la chaleur latente du tissu et de la chambre qui contient les aliments, permettant ainsi de les refroidir et les préserver pendant une longue durée.

I-Terra 

Une station de contrôle agricole qui assure une agriculture efficace, moins gourmande en eau, en énergie, en pesticides et en fertilisants. Ceci est réalisé en collectant des données clés sur les plantations, notamment la température, l’humidité de l’air et du sol, les rayons UV ainsi que la vitesse et la direction du vent. Ces données sont traitées, et ensuite affichées au client sous formes de simples consignes sur une application mobile. Afin d’automatiser la gestion de l’irrigation, I-Terra utilise des algorithmes d’intelligence artificielle capables de s’adapter aux caractéristiques propres à chaque plantation. Ainsi, et en s’appuyant sur l’historique des données météo et de l’évolution des cultures, la station est en mesure d’anticiper les actions d’irrigation, améliorer les prises de décisions de l’agriculteur et prédire le moment adéquat pour utiliser les pesticides.
top